Magnétohydrodynamique
MHD

«...Décidément, ce job mirifiquement payé était vraiment de tout repos. N’eusse été cette chaleur moite qui l’insupportait, il aurait presque pu se croire en vacances… Remontant seul dans le naviDome, il débraya le pilote automatique, refusa la procédure de check-list et lança les turbines MAD à plein régime...»

La MagnétoHydroDynamique (MHD), et son homologue la MagnétoAéroDynamique (MAD), sont deux disciplines qui décrivent le comportement des fluides conducteurs en présence de champs magnétiques (wikipedia). Le principe général est assez simple à comprendre : depuis Michael Faraday  (1791 - 1867), et James Clerk Maxwell (1831 - 1879)  on sait que les phénomènes électriques et magnétiques sont intimement liés. Dans un système bobine-aimant, les variations du champ magnétique engendrent un courant électrique et inversement. C'est le principe de la plupart des alternateurs actuels (qui transforment l'énergie mécanique en variation de champ magnétique, puis en électricité) et des moteurs électriques (qui font l'inverse).

Pourtant, dans ces exemples, l'électricité circule dans des enroulements solides constitués de métaux conducteurs (généralement du cuivre), voir supraconducteurs. Mais que se passerait-il si l'électricité circulait dans un fluide?

Ce fluide pourrait, en théorie, être parfaitement contrôlé par un ensemble de boucles magnétiques.

 

Les applications sont énormes : une fois ionisé, l'air (ou l'eau) qui entoure le générateur MHD, peut facilement subir une accélération magnétique et générer une poussée, comme dans une tuyère, pour propulser un bateau, un avion ou… un naviDome.

La MHD permet également la déviation du fluide avant qu'il ne touche la structure de l'aéronef (ou du bateau). Fini les problèmes d'échauffement des structures à haute vélocité ! L'air (ou le fluide) ionisé "s'écarterait" littéralement au passage de l'engin, réduisant le Cx (Coefficient de pénétration dans le fluide) à peau de chagrin. D'après certains, les missiles et torpilles hypersoniques des grandes puissances actuelles pourraient secrètement utiliser ce type de technologie… 

Mais ioniser l'air et créer des champs magnétiques suffisamment puissants demande des quantités astronomiques d'énergie. Peut-être, l'arrivée de supraconducteurs à haute température pourra débloquer quelques-uns des verrous qui empêchent ces technologies de se généraliser…?

 

Pour plus d'information, je vous conseille de lire les aventures d'Anselme et Sophie, les sympathiques personnages créés par Jean-Pierre Petit pour expliquer le principe de la MHD dont il est spécialiste. Merci à lui d'avoir laisser cette superbe bande-dessiné en accès libre de droit !

Le mur du silence par Jean-Pierre Petit.